Visseuse à choc : utilisation, choix du meilleur, comparatif

Grands ou petits, les travaux de construction en ossature bois nécessitent très souvent l’usage d’une visseuse à choc. Cet appareil, comme son nom l’indique, permet en effet de maintenir en place des éléments grâce à des vis. Cette principale fonction fait de lui un instrument phare de la panoplie du bricoleur. Comparé au tournevis manuel, ce type de visseuse est doté de nombreuses autres fonctionnalités. Pour en bénéficier, il suffit juste de savoir choisir.

La visseuse à choc : qu’est-ce que c’est ?

Très polyvalente, la visseuse à choc est un outil servant à boulonner ou déboulonner des vis ou des écrous larges. Il est ainsi utilisé pour fixer une étagère au mur, mettre en place des vis à béton, monter une armoire ou tout autre mobilier. Il s’agit en effet d’une sorte de boulonneuse dotée de frein électrique, d’inverseur de sens de rotation et d’un interrupteur à vitesse variable. On y retrouve également un petit mandrin qui prend tous les embouts à base hexagonale, que ceux-ci soient destinés au mécanicien automobile ou à l’ébéniste. Ces derniers s’y insérant d’un simple clic grâce à un système rapide de fixation.

Encore connue sous le nom de clé à choc, cette visseuse est un instrument très facile à utiliser. Il suffit en effet d’installer l’embout dont vous avez besoin, d’actionner l’interrupteur et de laisser l’appareil travailler. De plus, comme tout appareil, il fonctionne grâce à un moteur alimenté par un courant continu. Ce qui permet à son utilisateur de réaliser des travaux de bricolage impossibles à la main tout en gagnant de l’énergie et du temps.

Fonctionnement de l’appareil

Le mécanisme de fonctionnement d’une visseuse à choc est ce qui la différencie des autres visseuses. En effet, elle dispose d’un carré d’entraînement qui, grâce à une douille à choc ou douille impact, permet de serrer ou de desserrer un écrou. Pour cela, l’appareil agit comme un marteau, muni d’un ressort plus ou moins tendu, qui cogne l’enclume fixée au mandrin. C’est donc ce martèlement, répété quelques milliers de fois par minute, qui fera tourner le mandrin permettant ainsi à la vis de s’enfoncer.

Il faut préciser que cette opération ne se déroule que lorsque la friction pour enfoncer la vis dépasse le couple du moteur. Pour alors assurer sa fonction, l’appareil à choc crée un puissant couple, de trois à quatre fois supérieur à celui d’une perceuse sans fil. Quant à la vitesse de rotation, elle diminue essentiellement lorsque la visseuse est en mode percussion. Sans effort ni effet de couple, la vis s’enfoncera lentement dans son empreinte.

Pourquoi utiliser une visseuse à choc ?

La visseuse à choc n’est pas le seul instrument du bricoleur permettant de fixer des vis. En effet, de nombreux autres outils tels que la perceuse sans fil permettent d’effectuer la même tâche. A la seule différence, que ces derniers ne présentent pas les mêmes avantages. Ainsi, la forme compacte et légère de la visseuse à choc permet à l’utilisateur de s’en servir dans des espaces réduits. De même, le mécanisme de percussion de l’appareil permet aux embouts de maintenir facilement leur emprise sur les vis, sans patiner. Ce qui facilite son utilisation avec de longues vis de fort diamètre, même dans les situations les plus instables.

La visseuse à choc a aussi l’avantage de consommer une quantité relativement faible d’énergie. A cela vient s’ajouter sa vitesse de rotation généralement élevée qui facilite l’installation des vis dans tous les matériaux. Ainsi, à moins de travailler avec du bois dur, vous n’aurez plus besoin de percer des avant-trous. C’est également la rapidité de cette vitesse qui vous permet de percer certains matériaux et d’utiliser des vis taraudeuses sur le métal. Il faut également mentionner que la majorité des visseuses bénéficient d’une fonction perceuse. Une possibilité donc de percer sans difficulté tous les types de parois rencontrés.

Comment choisir sa clé à choc

Il existe deux grandes catégories de visseuses à choc, notamment les modèles sans fil et ceux qui en sont munis. La différence entre les deux réside dans la puissance fournie. Les modèles filaires sont adaptés pour les travaux nécessitant le perçage de matériaux durs comme le granit, le béton, le métal ou le carrelage. Pour les utiliser, il faudra les brancher à une prise de courant. La dernière catégorie quant à elle est la plus utilisée lors des travaux moins importants effectués dans des matériaux moins durs tels le béton tendre ou le plâtre. Leur alimentation est assurée par une batterie qu’il faudra choisir avec soin.

Dans l’un ou l’autre des cas, le choix de l’appareil se fait en prenant en compte certains critères. Il s’agit notamment de l’ergonomie de l’appareil, des performances offertes ainsi que des accessoires indispensables à l’utilisation de celui-ci.

Meilleure expérience d’utilisation

Compte tenu de son utilité, la visseuse à choc est un outil très apprécié des professionnels. Dans le souci d’offrir un certain confort d’utilisation à ces derniers, il est important que le modèle choisi soit équipé d’au moins une poignée. Celle-ci, de type soft grip, doit alors être revêtue d’un matériau permettant de tenir l’outil fermement. Il faudra également que l’appareil intègre un système d’éclairage, LED de préférence, pointant directement vers la zone de travail. On pourra ainsi visser avec précision et plus rapidement.

Performances proposées par l’équipement

Une visseuse à choc est caractérisée par une puissance de percussion, une tension, une vitesse de rotation et le type de son alimentation. Il s’agit là des critères de performance le plus importants de la machine. En effet, en fonction des matériaux à percer et de la charge de travail à fournir, vous avez besoin d’une certaine tension. Ainsi, celle-ci doit atteindre les 12 V pour des travaux de base effectués sur du bois.

La puissance de percussion et la vitesse de rotation du moteur dépendent quant à eux de la tension de l’outil. Ainsi, une grande puissance de percussion permet de percer des matériaux minéraux tels que la brique, le plâtre et le béton. De même, un nombre de coups par minutes élevé permet à la visseuse de travailler plus vite. Le minimum étant de 2 500 tours par minutes pour des travaux domestiques.

Les différents accessoires de vissage

La visseuse à choc est compatible avec une panoplie d’accessoires offerts en option. Il s’agit notamment des douilles, des forets et des embouts. Vendus dans des mallettes ou de petites boîtes, ces derniers sont disponibles en plusieurs gammes et tarifs différents. Il n’est pas aussi rare de trouver sur le marché des butées de profondeur ainsi que les deux types de mandrins à savoir le classique et l’auto-serrant. L’un permettant de serrer fortement le foret avec une clé de serrage et l’autre, d’installer un embout plus rapidement d’une seule main.

Choisir la batterie d’une visseuse à choc ?

Une fois tous les accessoires nécessaires installés, il est primordial que le poids de l’équipement soit adapté à la morphologie de l’utilisateur. Cela lui évitera de se fatiguer même après une utilisation prolongée. Pour y arriver, il faudra alors dans le cas d’une visseuse à choc sans fil savoir choisir ses batteries. A cet effet, il est conseillé d’opter pour des batteries compatibles avec plusieurs outils d’une même marque. Cela vous permettra d’avoir toujours une batterie de réserve. Il faut aussi rappeler que plus les batteries sont grandes, plus elles offrent une autonomie importante. Quant aux batteries de plus faible capacité, elles sont légères et favorisent l’utilisation de l’outil.

Vous aimerez aussi :

Commentaires sur l'article